Des « Reines du shopping »… à une retraite en silence !

Date : 4 septembre 2018
Témoignage


TÉMOIGNAGE / Volubile et toujours en quête de fantaisie – elle a participé à l’émission Les Reines du Shopping sur M6 ! – Nathalie Chéreau a vécu une douce retraite au Foyer de Charité de Tressaint.

La vie de Nathalie est depuis longtemps faite de rebondissements. Des virages professionnels d’abord qui l’ont conduite à quitter le service de communication du Ministère de la Culture pour s’installer dans le Grand Ouest où elle a accompagné son mari dans la création d’une entreprises d’arboriculture. Des rebondissements spirituels également dans la vie de cette maman de trois enfants.

Élevée dans une famille de tradition chrétienne, ayant reçu les sacrements « de base », mariage inclus, Nathalie s’est ainsi progressivement éloignée de la foi de son enfance. « Entre le travail, les enfants et prise par de nombreux engagements, j’ai décroché », confie Nathalie. Le décès de sa maman il y a une quinzaine d’années agit sur elle comme un électrochoc. « Le soir de son enterrement, j’ai comme été traversé par Dieu. J’ai senti qu’Il existait et qu’il me disait que ma maman allait bien. » Nathalie se tourne brièvement vers l’Eglise. Puis reprend son existence loin de Dieu.

Les Reines du Shopping pour fêter ses 51 ans

Toujours en quête de fantaisie, aimant prendre des risques et curieuse, Nathalie est sélectionnée pour participer à l’émission Les Reines du Shopping sur M6 et présentée par la « magnifaïque » Christina Cordula. But de cette émission : être la meilleure « acheteuse » de l’émission parmi cinq concurrentes. Pour Nathalie, l’occasion de s’offrir une semaine de vacances tous frais payés à Paris. Et une façon exotique de fêter ses 51 ans.

Le retour du côté de Pornic est brutal. « Un coup de gel nous a fait perdre plus de 40% de notre production arboricole », raconte Nathalie. Le couple bat de l’aile. Battante, détestant les échecs, Nathalie l’extravertie cherche des solutions dans la médecine, la psychologie. Se bat comme une lionne pour sauver son couple. Et finit par s’écrouler. « C’est à ce moment que j’ai fini par appeler Dieu à l’aide. »

« Une semaine sans parler ? Impossible ! »

Elle demande de l’aide à son beau-frère et à sa belle-sœur, un couple « profondément croyant ». Ceux-ci l’invitent à intégrer un parcours Alpha, qui propose de (re)découvrir la foi chrétienne. A son terme, un ami prêtre lui parle d’une retraite au Foyer de Charité de Tressaint, situé en Bretagne à quelques kilomètres de Dinan.

« Une semaine sans parler, cela me semblait impossible », se souvient la volubile quinquagénaire. A sa grande surprise, elle découvre rapidement les bénéfices de l’absence de paroles. « Le silence permet de mettre en éveil nos autres sens. On s’émerveille de tout, de la beauté de la Création, du bon goût des plats qui nous sont servis et dont on sent qu’ils sont préparés avec beaucoup d’amour. » Elle poursuit : « Mon vocabulaire s’est spontanément enrichi de mots comme patience, silence, pardon, paix intérieure, nouveaux pour moi. »

Comme dans un cocon

Nathalie goûte cette semaine pour refaire ses propres forces. A travers les enseignements, les rencontres avec un prêtre, elle revisite les fondements de la foi chrétienne, se plonge dans la Bible. Nathalie fait l’expérience de la miséricorde divine grâce au sacrement de la réconciliation. « Au foyer on se sent entouré, rassuré, aimé, comme dans un cocon : tout y est calme, paisible, plaisant : du merveilleux parc aux sourires et à la présence silencieuse mais bienveillante des accueillants du foyer. Tressaint est un lieu superbe, les chants de messe sont beaux. L’amour et la « positive attitude » ressentis permettent d’entrer dans l’espérance », assure Nathalie qui est sortie regonflée de cette retraite. « Je suis restée la même Nathalie, la foi en plus », s’amuse-t-elle.

Découvrir la vie de la fondatrice
des Foyers de Charité

Une grande figure spirituelle du XXe siècle

Découvrir